22 juil. 2021

Opération Bwa de kartié : l’Académie des Dalons se met au vert - 2021

« Quelles sont les plantes de ton enfance ? Quels souvenirs tu en as ? Quelles plantes aimerais-tu voir plantées dans le quartier ? » Bien d’autres questions ont été posées par les jeunes de l’Académie des Dalons aux habitants de Bois-de-Nèfles à Saint-Paul ce jeudi 22 juillet dans le cadre d’une opération qui porte bien son nom : Bwa de kartié.

La conseillère départementale Adèle Odon, qui y a passé son enfance s’est prêtée volontiers au jeu. « Quand on jouait au ti kaz, au pied des jacarandas, on s’amusait à écraser les fleurs, avec des petits pilons improvisés. J’ai encore la bonne odeur de ces jolies fleurs mauves dans la tête quand j’y pense ». Adèle Odon s’est prononcée sur le retour des arbres fruitiers dans le quartier : « J’aimerai revoir ici des manguiers, des letchis, du longanis… Savez-vous qu’il n’y a pas si longtemps que ça, on n’achetait pas de papaye… parce que tout le monde avait toutes sortes de fruits dans sa cour ? Maintenant le prix se négocie au marché. Par ailleurs, j’espère aussi retrouver des couleurs, des flamboyants, du benjoin et d’autres arbres décoratifs dans le quartier ».

D’autres habitants ont été interrogés par Shade, Adeline, Lidia, Marina, Eloïse, Thomas et Meldrick. Ces jeunes de l’Académie des dalons ont déambulé dans les rues de Bois-de-Nèfles à la rencontre des passants qui ont apprécié la démarche : « J’ai vu l’affiche : Alon kozé, Bois-de-Nèfles lontan, son zistoir, ses piedboi, ses zerbaz. Étant en congé et ayant la main verte, j’étais curieux de voir ce que c’était. Je suis agréablement surpris sourit Sylvain, père de famille. Les jeunes ne se contentent pas de remplir leurs feuilles d’enquête. On voit qu’ils sont réellement impliqués et intéressés. Surtout concernant les plantes aromatiques ou médicinales quon retrouve dans le quartier ou dans les jardins : verveine-citronnelle, ayapana, Efferalgan (ndlr : Plectranthus amboinicus ou encore ti baume) … On sent un réel engouement ». Heureux de partager ses connaissances, Sylvain promet de participer à la suite de l’opération Bwa de kartié qui continue ce samedi 24 juillet sur la place de l’Église et le mercredi 28 juillet à la bibliothèque.

Précisions de Claude Calmé, responsable de site de l’Académie des Dalons au Bernica : « On aura une exposition de plantes et les espèces lontan, des questionnaires pour la mémoire collective comme aujourd’hui, et des échanges avec la population. A la bibliothèque, l’événement sera ouvert aux enfants qui, en plus des expositions, pourront aussi profiter d’un atelier de dessin en aquarelle. Sans oublier l’interview des Gramouns du quartier par les Dalons autour du thème du patrimoine végétal de Bois-de-Nèfles. L’action fera l’objet d’une restitution qui sera partagée aux habitants. Avec le soutien de la Direction de l’Environnement et de l’Agriculture du Département, nous allons aussi réaliser des petites plantations chez les particuliers en août et en septembre. Notre partenaire, le CAUE présentera un manuel sur les espèces végétales du quartier ».

L’opération Bwa de kartié s’inscrit pleinement dans le Plan Un Million d’Arbres du Département. « Le choix des arbres ne se fait pas sans la concertation de la population » affirme Adèle Odon, accompagnée de sa suppléante Minammeï Daly-Eraya. La conseillère départementale a également souligné « l’investissement des jeunes dans la démarche. L’action les emmène à s’investir dans une mission, à venir à la rencontre de la population, à s’insérer socialement et à comprendre que demain, dans le monde du travail, il faut pouvoir aller vers les gens. Ce travail formidable mis en place par l’Académie des Dalons reflète un accompagnement de la jeunesse pour un bien-être et un mieux vivre-ensemble ».

 


« Vivre et Agir », le quotidien des Dalons

Thomas M’Nemosyme est volontaire pour parler de son quotidien à l’Académie des Dalons sur le site de l’auberge Bernica. « Depuis le matin jusqu’au soir, on a des tâches précises, définies par la coordonnatrice. On est toujours en action. On est organisé en brigades qui se relaient pour la préparation du petit déjeuner, du repas et du dîner ; pour le nettoyage de l’intérieur et de l’extérieur, pour la buanderie… Puis s’enchaînent les activités sportives et les sorties : camping, canyonning, plongée, marche, natation, Beach tennis, raid… » Mais ce n’est pas un camp de vacances. Les jeunes ne sont pas là pour s’amuser mais pour être accompagné, guidé individuellement, par une équipe éducative d’intervenants professionnels du domaine social, dans une démarche progressive, rigoureuse, positive tout au long du parcours. Jean-René Delmard, surveillant de nuit note ainsi que « les activités ne sont pas considérées comme des loisirs ni récréatives, mais sont toujours en lien avec les projets d’insertion professionnelle des jeunes ».

Aux yeux de Thomas, l’atelier « affirmation de soi » revêt une importance particulière. « Avant, j’étais quelqu’un d’agressif, mais grâce à cet atelier, je suis devenu plus posé, plus autonome, ponctuel au rendez-vous et surtout respectueux des autres ». Des ateliers sur le thème de la culture sont aussi particulièrement appréciés. À commencer par les séances dédiées à la recherche des origines et à l’arbre généalogique de chacun ou encore les fonkèr, où chacun est emmené à déclamer son histoire personnelle.

Les Dalons sont également engagés sur des actions de terrain et de services civiques comme Bwa de kartié ou encore l’opération Gramoun en l’air. « Nous avons aménagé des cours, des jardins ou des potagers des personnes âgées au Port. On a fabriqué des fascines en bambous en hauteur pour leur permettre de jardiner sans courber le dos. On a aussi construit une rampe d’appui pour une autre gramoun. Nous allons bientôt y retourner pour réparer un portail à refaire ».

Thomas fait partie de la 23ème promotion de l’Académie des Dalons au Bernica, qui a ouvert ses portes en 2011. Le site de la Plaine-des-Cafres, inauguré en 2014 en est à sa 19ème promotion. « En plus de l’insertion professionnelle, notre but est aussi d’inculquer aux jeunes les principes de vie inscrits sur notre blason : Vivre et Agir » précise Pascale Joron du service départemental de la promotion sociale - cellule « remobilisation sociale » - qui rappelle que l’Académie des Dalons est ouverte aux jeunes de 18 à 25 ans, sans emploi, en situation de vulnérabilité, qui sont volontaires et motivés. Le parcours comprend 3 mois en internat et 9 mois en externat, sur des missions rémunérées.

Vous aimerez aussi...

Plan Départemental de Transition Ecologique et Solidaire