23 sept. 2022

Visite ministérielle d'Agnès Firmin Le Bodo - 2022

Les violences intrafamiliales : une lutte collective et concertée pour une meilleure prise en charge des victimes

 

La visite d’Agnès Firmin Le Bodo, ministre déléguée chargé de l’Organisation territoriale et des Professions de Santé a débuté ce 23 septembre au Groupe Hospitalier Est Réunion de Saint-Benoit avec comme temps forts : une déambulation au sein des services d’urgences balisant le parcours d’accueil des victimes de violences intra-familiales ainsi que la présentation du bilan de la convention de pré-dépôt de plainte à l’hôpital.

 

Lionel Calenge, directeur général du CHU a ouvert la discussion lors d’une table ronde en saluant le réseau d’acteurs internes, de référents VIF, et associatifs. De préciser également que le dispositif de pré-dépôt de plainte s’insère dans un suivi régional, qui avec l’appui du Département, impliqué sur les questions de victimologie, a pu être décliné dans les 4 territoires de santé. Faciliter le recueil des déclarations des victimes de violences conjugales au sein de l’hôpital est là tout l’objectif de la convention présentée à Madame la Ministre. Les représentants du GHER, des associations, de la Région, de la gendarmerie et de la Direction Départementale de la Police Nationale(DDPN)… sont unanimes : les initiatives, la mobilisation sont bien là mais les moyens manquent.

 

Cyrille Melchior a tenu rappeler le triste constat qui place la Réunion au rang de troisième région française la plus touchée en matière de féminicide. « Les premières victimes sont bien souvent les femmes et les enfants de ces familles. »

Le Département en lien avec l’État, la gendarmerie et la DDPN, souhaite renforcer et faciliter la mise à l’abri des femmes mais aussi agir pour prévenir les violences en soutenant les associations : « ce travail de coordination avec le tissu associatif est essentiel » pour le Président du Département.

 

La collectivité consacre, d’ailleurs, 1.2 millions d’euros pour l’année 2022 à la prévention des violences conjugales et au soutien aux victimes. Elle centre son action également sur l’écoute en toute confidentialité, l’orientation et l’accompagnement des personnes reçues en commissariat et gendarmerie, dans une démarche de proximité pour une couverture territoriale équilibrée. L’équipe des intervenants sociaux en commissariat et police (ISCG) est aujourd’hui composée de 13 professionnels répartis sur les 5 micro-régions : 3 dans l’Ouest, 3 dans le Nord, 2 dans l’Est et 5 dans le Sud.

 

Après l’intervention du Président du Département, et des différents acteurs mobilisés dans la lutte contre les violences intrafamiliales, Agnès Firmin Le Lobo a conclu en saluant le travail collectif engagé dans ce combat.  « Cette articulation entre collectivités, associations, État, Parquet,… est exemplaire et doit se poursuivre. »

Vous aimerez aussi...

Plan de mandature du Conseil départemental de La Réunion 2021-2028