29 mars 2021

Plan départemental de relance économique et sociale, volet agriculture : signature de convention entre le Département et le Tampon pour la réhabilitation de retenues collinaires individuelles

Pour répondre à la crise sanitaire, le Département s’est mobilisé en faveur de la relance d’activité sur le territoire au travers d’un Plan départemental de relance économique et sociale. Celui-ci inclut un large volet consacré au développement agricole avec la mise en place d’une aide aux agriculteurs pour la réhabilitation de retenues collinaires individuelles et l’acquisition de réservoirs d’eau. 385 agriculteurs ont déjà bénéficié de ce dispositif en 2020, pour un montant global d'aide de 2M€.

C’est dans ce cadre que le lundi 29 mars, le Président du Département et le Maire de la Commune du Tampon ont signé une convention relative à la mise en œuvre de ce dispositif d’aide départementale pour l'année 2021.
 

Visionner le reportage vidéo :

 

 

Des travaux nécessaires pour la pérennisation des exploitations

Pour permettre la réhabilitation de retenues collinaires individuelles dégradées, la Collectivité départementale propose une aide plafonnée à 25€ par m3, et à 50 000€ par projet de réhabilitation. Le taux d’aide publique s’élève à 90 % des dépenses éligibles retenues avec ce double plafond. L’entrée en vigueur du dispositif est prévue le 1er avril. Les informations sont à obtenir auprès de la cellule départementale d'accompagnement des agriculteurs au Numéro Vert 0 800 000 490.

 

La gestion du dispositif confié à la commune

Le Tampon est un territoire rural sur lequel le nombre d’agriculteurs et d’éleveurs est conséquent. Compte-tenu de l’importance de l’enjeu économique agricole sur ce territoire, le Département délèguera à la Commune la gestion du dispositif d’aide départementale (objet de la convention signée ce jour), dans un souci d’efficience, de proximité et de facilité pour les agriculteurs. Ceux-ci pourront donc également adresser directement leur demande d'aide à la Commune qui gèrera alors la procédure pour le compte du Département.

Comme l’a précisé le Président du Département, la Collectivité veut donner au Sud les moyens d’un juste développement, à la hauteur de ses besoins et de ses ambitions. C’est dans la continuité de cette vision qu’est signée aujourd’hui cette convention. Dans le contexte de sécheresse exceptionnelle que connait le territoire, le Département intervient pour répondre à la problématique de l’eau.

 

Arrêté de calamité agricole pour l’intégralité du territoire demandé au Ministre des Outre-mer

A l’occasion de cette rencontre, le Président du Département a indiqué avoir interpelé par courrier le Ministre des Outre-mer sur la vulnérabilité des agriculteurs locaux, dans ce contexte de changement climatique, lui demandant de réévaluer les conditions de mise en œuvre de l’arrêté de calamité agricole, qui exclut à ce stade de la procédure, 3 communes sur les 24, avec pour objectif d’intégrer l’ensemble du territoire réunionnais. Il s’agit évidemment de permettre à l’ensemble des agriculteurs, durement touchés par cette sécheresse, de mobiliser le fond de secours, aux fins d’indemnisation des pertes de récolte.

 

Transcription textuelle du reportage vidéo :

Images paysage en musique 

 

Commentaires

Elles font partie de nos paysages et en temps de sécheresse elles représentent l’une des solutions de sauvegarde du monde agricole et notamment dans les hauts. Avec un développement agricole des hauts, les 250 retenues collinaires individuelles représentent une des solutions à l’irrigation.  

 

André THIEN AH KOON, Maire du Tampon

Avec l’aide du Département et avec l’aide de l’Union Européenne, on est arrivé à disposer des serres qui se développent à vitesse grand v. Et que nous constatons qu’aujourd’hui, qu’en l’absence d’une eau d’irrigation, en cas de sécheresse, ce serait la faillite de toute une chaîne de production.

La commune du Tampon est allée capter l’eau à 2050 m sur les pentes du volcan, pour les amener à 1650m. Le président du Département, le conseil départemental nous a suivi. Et aujourd’hui, on montre bien que l’eau devient une arme pour terrasser la sécheresse. 

Nous n’avons pas d’autres solutions que celle-là. 

 

Commentaires

Raison pour laquelle, le Département de la Réunion a signé avec la commune du Tampon un accord cadre de rénovation des retenues collinaires individuelles dégradées ainsi que l’acquisition de réservoirs d’eau. 

Un outil essentiel pour un monde agricole contraint et fortement concurrencé. 

Le Tampon pilotera la mise en place de cette convention départementale et notamment dans des lieux comme ici une antenne de la chambre d’agriculture

 

Ambiance discussion président 

Evelyne ROBERT Élue de la chambre d’agriculture de La Réunion 

Parce que ça coûte extrêmement cher d’entretenir tout ce qui dit, la bâche, pour l’agriculteur. Ça revient cher sur l’exploitation. Et puis, il faudrait aussi faire comprendre aux agriculteurs, surtout d’entretenir les espaces autour des retenues. C’est-à-dire, ne pas laisser en friche et tout ça, pour que la friche ne tombe pas justement. Qui dit arbres, etc… qui ne tombent pas pour faire des impacts dans la bâche.

 

Commentaires

600 000 euros sont alloués à cette aide avec un plafond de 50 00 euros par retenue collinaire individuelle. Un dispositif du plan de relance qui se matérialise par sa proximité et la fluidité du montage des dossiers : une maîtrise d’ouvrage de la commune.

 

Guillaume  CHARLAT Directeur service eau 

Il n’y a pas de solution type pour l’irrigation. Ce que l’on sait, c’est que le Département intervient fortement sur les grands périmètres irrigués, les grands réseaux hydrauliques. C’est évidement extrêmement important sur un territoire insulaire comme La Réunion d’avoir du structurant, d’avoir des gros réseaux, d’avoir des capacités de stockage. A l’heure actuelle, c’est environ 16 000 hectares irrigués sur 43 000 hectares de surface agricole utile. Donc ; c’est déjà plus d’un tiers de la surface qui est irrigué grâce aux ouvrages départementaux. Mais ce n’est pas la solution idoine pour tout le territoire. On s’aperçoit que dans les hauts, dans les secteurs enclavés, on ne pourra pas emmener des périmètres irrigués, des gros réseaux d’irrigation comme on le fait sur le reste de l’île. Donc le stockage semi collectif ou individuel est donc une solution qui permet aux agriculteurs d’avoir un stock d’eau. 

 

Commentaire

L’agriculture se modernise, les territoires changent, l’adaptation est aujourd’hui essentielle pour appréhender l’avenir de la filière. 

 

Une reportage d ‘Alexandre GILLES

Département de La Réunion / 974TV © Mars 2021

Vous aimerez aussi...

Plan Départemental de Transition Ecologique et Solidaire